Compare diet - Le blog

Bien manger pour le plaisir et pour rester en santé

Aller au contenu - Aller au menu - Aller à la recherche


mercredi 8 octobre 2014

Boulimie ou anorexie, ce serait la faute à une protéine !

Des chercheurs de l'Inserm ont découvert qu'une protéine, produite par une bactérie intestinale serait à l'origine des troubles du comportement alimentaire, créant des dérèglements dans l'impression de satiété, trop vite atteinte dans l'anorexie et pas assez dans la boulimie. Les troubles psychologiques seraient donc un facteur aggravant mais pas la cause unique de ces troubles du comportement alimentaire.

mercredi 1 octobre 2014

Les édulcorants et le diabète

Une étude israélienne parue dans la revue Nature le 17 septembre 2014, met en garde l'utilisation des édulcorants qui pourraient favoriser le diabète.

Testés sur des souris, 3 édulcorants (aspartame, saccharine et sucralose) ont provoqué une intolérance au glucose, signe avant-coureur du diabète.

Un essai préliminaire de consommation de saccharine sur 7 personnes en bonne santé a permis de constater une intolérance au glucose de 4 personnes et une modification de leur flore digestive.

L'étude demanderait à être reproduite sur un nombre plus élevé de personnes, mais une alerte est lancée sur les risques potentiels des produits lights.

Pour en savoir plus : Le Monde.

jeudi 4 septembre 2014

Une histoire méditerranéenne de confiserie

Pour les amoureux du livre papier, Le nougat dans tous ses états vient de sortir en livre imprimé (TAMBAO, 2014).

e_nougat.jpg Le nougat est une confiserie typique des pays du bassin méditerranéen. Il peut être noir ou blanc. Son nom, sa forme et sa fabrication sont différents d'un pays à l'autre : nougat en France, torrone ou copeta en Italie, turrón en Espagne, jabane au Maroc, qubbajt à Malte, koz helva en Turquie, mandolato en Grèce, gaz en Iran, etc. Son origine est ancienne. Les premières recettes de nougat blanc proviennent d'un livre arabe de Bagdad au 10e siècle. Le nougat s'appelle alors nātif.

Avant d'être confiserie, le nougat a d'abord été médicament : Hippocrate et Galien proposaient déjà des remèdes à base de miel et d'amandes, celles-ci étant considérées comme très nutritives. Elles étaient employées dans des médicaments contre la pleurésie ou la toux, souvent en association aux pignons. La tradition continue au Moyen Age : le pignolat (ancêtre du nougat) est fabriqué par les apothicaires ou par un médecin comme Nostradamus. L'histoire de la confiserie est étroitement liée avec l'histoire du médicament.

Le nougat dans tous ses états comprend 204 pages, 20 recettes de l'Antiquité à nos jours, 56 illustrations et photos, dont 8 cartes, et 18 liens vers des vidéos et sites web par l'intermédiaire de 7 QR codes. Prix de vente : 19 €.

En vente directe chez l'éditeur.

mercredi 14 mai 2014

Salade de couscous aux raisins et aux herbes aromatiques

Pour 2 personnes, tester une première recette avec 100 g de couscous et autant d'eau. Faire bouillir quelques minutes l'eau avec un peu de sel et des raisins secs (par exemple 30 g). Retirer du feu et ajouter le couscous. Couvrir et laisser infuser 5 minutes. Puis, égrener avec une fourchette.

Verser le mélange dans un saladier en ajoutant du jus de citron, des herbes aromatiques fraîches hachées (persil, menthe, ciboulette) et de la maniguette ou du poivre moulu. Ajouter une gousse d'ail haché et quelques feuilles de salade en chiffonnade (laitue, roquette, etc...). Bien mélanger et réserver au frais une heure ou deux.

Servir.

La fois suivante, modifier les proportions et les ingrédients à votre idée.

Par exemple, on peut ajouter une cuillère à soupe d'huile d'olive dans l'eau avant de mettre le couscous et les raisins à tremper. Il est possible d'ajouter du hareng fumé coupé en petits morceaux. On peut remplacer persil, menthe, ciboulette par des feuilles de mélisse ou de bourrache hachées, ou par de l'estragon haché avec des petits morceaux de blanc de poulet cuit, à la place du hareng.

dimanche 2 février 2014

Docteur Dukan, radiation de l'ordre des médecins

En 2012, le conseil départemental de l'ordre des médecins de Paris avait déposé plainte contre le Dr Dukan en raison de son activité commerciale (régime Dukan), incompatible avec le code de déontologie médicale.

La chambre disciplinaire nationale de l'ordre des médecins vient de le radier.

En fait, le Dr Dukan, à la retraite depuis octobre 2011 avait déjà été radié de l'ordre des médecins, à sa demande, en mai 2012, mais cela n'avait pas éteint la procédure en cours. Cette radiation est donc purement symbolique.

François Hollande avait suivi la méthode Dukan avant son élection, pour maigrir. L'effet yo-yo de ce type de régime est nettement visible chez lui : il a repris du poids !

samedi 5 octobre 2013

Soupe d'automne

1l de bouillon, un oignon émincé, un petit morceau de chou émincé, un poivron émincé, 3 carottes râpées, vermicelles, un peu de galanga, 2 cuillères à soupe de sauce soja et une feuille de céleri.

soupe_automne.jpg

Bouillon maison : faites tout simplement cuire quelques légumes dans l'eau, sans sel. Passez le bouillon.

Dans le bouillon de légumes, mettre les légumes, le galanga, la sauce soja et la feuille de céleri. Chauffer jusqu'à ébullition légère. Cuire quelques minutes et ajouter les vermicelles hors du feu en remuant. Finir la cuisson de la soupe, au total 10 à 15 mn.

Vous mettez plus ou moins de vermicelles selon que vous souhaitez une soupe claire ou épaisse. Pas de sel évidemment, à cause de la sauce soja.

Variante : Si vous utilisez du bouillon de viande, déjà salé, diminuez la quantité de sauce soja. Bouillon de viande maison : passez le reste du bouillon d'une poule au pot et gardez-le au congélateur, de façon à l'avoir sous la main quand vous en avez besoin (attention, ce bouillon est salé).

Remarque : faite avec du bouillon de légumes, cette soupe ne contient pas de gras.

jeudi 14 mars 2013

Une maladie vieille comme l'humanité ?

L'athérosclérose est une forme d'artériosclérose

Cette maladie des artères encrassées, qui peut causer un infarctus ou un AVC, est réputée favorisée par le tabac, le cholestérol, l'hypertension et une mauvaise hygiène alimentaire. Pour s'en prémunir, il est recommandé d'avoir une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes, céréales, poissons, de réduire les viandes rouges, les charcuteries et les matières grasses.

Une étude, réalisée par l'Institut du cœur de Kansas City (USA) et publiée dans The Lancet, a étudié des cadavres sur une période de 40 siècles : d'abord des momies égyptiennes de 4000 ans, puis des cultivateurs de maïs du Pérou (- 2600 à 600), des agriculteurs amérindiens du Colorado et des chasseurs des îles Aléoutiennes d'Alaska (1750-1900).

Conclusion : L'athérosclérose peut toucher tout le monde, quels que soient les modes de vie et les régimes alimentaires. Le professeur Thompson conclut : Nous exagérons peut-être la possibilité de prévenir ou d'inverser les maladies cardiovasculaires avec seulement un régime alimentaire… l'athérosclérose serait bien inhérente au vieillissement.

Article de l'AFP du 11/3/13 - Article de Slate fr du 11/3/13

vendredi 8 mars 2013

Fast-food et asthme

Une vaste étude épidémiologique (ISAAC) réalisée par des chercheurs de Nouvelle Zélande et d'Allemagne depuis 1991 et portant sur 2 millions d'enfants et d'adolescents des pays anglo-saxons montre que les enfants et les adolescents qui mangent au moins trois fois par semaine en fast-food souffrent relativement plus fréquemment d’asthme, de pollinose et d’eczéma.

Certains aliments gras et sucrés favorisent en effet ces maladies. Ceux qui mangent régulièrement des fruits et légumes seraient davantage protégés de ces maladies, selon l'article Un asthme-burger pour les jeunes fans de frites.

mercredi 21 novembre 2012

La mémoire par le sport

Selon une étude réalisée par le département de nutrition de l'Université du Minnesota, le sport est plus utile qu'un régime équilibré pour conserver une bonne mémoire. C'est ce que précise un article paru le 20/11/12 dans Rue 89.

vendredi 16 novembre 2012

Alimentation et perturbateurs endocriniens

L'alimentation est-elle notre première médecine ou, en plus de nous nourrir, est-elle devenue un poison ?

Les avis divergent fortement entre défenseurs de l'alimentation bio (qui mettent en accusation les méthodes de l'agriculture intensive et les lobbys agro-chimiques et agro-alimentaires) et ces mêmes lobbys, soutenus par certaines instances officielles.

Pour tenter d'y voir plus clair, j'ai fait une petite recherche Internet et surprise : il est plus facile de trouver des textes mettant en valeur les dangers de certains produits et réclamant la prudence, voire l'interdiction de certains produits que des textes défendant l'agrochimie. Voici quelques articles représentatifs. A vous de juger :

1 - Pesticide Action Network (PAN), fondé en 1982 et qui regroupe 600 organisations non gouvernementales de 60 pays dans le monde a publié un article contre les perturbateurs endocriniens.

2 – L'observatoire des résidus de pesticides (ORP), qui regroupe l'Afssa (agence française de sécurité sanitaire des aliments), l'Afsse (agence française de sécurité sanitaire environnement) et l'Ifen (Institut français de l'environnement) présente les pesticides comme un progrès dans la lutte contre les maladies parasitaires, tout en reconnaissant les risques réels pour la santé, mais en affirmant manquer de preuves irréfutables.

3 – L'Anses (agence nationale de sécurité sanitaire) reconnaît des risques sanitaires liés aux pesticides et réclame davantage de recherches pour confirmer les hypothèses.

4 – Un rapport du Sénat, présenté le 12 juillet 2011, parle d'un faisceau de résultats qui laisse supposer un rôle négatif pour la santé des perturbateurs endocriniens et réclame une protection des enfants et des femmes enceintes.

5 – Une pharmaco-toxicologue de l'école vétérinaire d'Alfort s'interroge la notion de relation dose-effets, mise en valeur par les défenseurs des produits chimiques et la notion d'effet cocktail, mise en valeur par ceux qui réclament l'interdiction de certains produits.

6 – L'Efsa (autorité européenne de sécurité des aliments) a été saisie par la Commission européenne pour donner un avis scientifique sur le sujet. Elle est accusée par les écologistes d'être au service des lobbys industriels.

mardi 17 juillet 2012

Méchouia

Poivrons, tomates, piment, ail, huile d'olive, citron, sel.

mechouia_1.jpg

Griller les poivrons, les tomates et le piment au barbecue. Enlever la peau et couper en lamelles, hacher fin le piment. Mélanger avec ail haché, huile d'olive, jus de citron et un peu de sel. Servir frais.

mechouia_2.jpg

Vous pouvez remplacer le piment par un peu d'harissa, ou ne rien mettre du tout si vous voulez supprimer le piquant du piment.
Curieusement, c'est meilleur (à mon goût) en faisant griller au four plutôt qu'au barbecue : plus moelleux, alors que le barbecue n'ajoute ici que peu d'arômes.

Devoir de vacances : à vous de trouver les proportions !

mercredi 4 juillet 2012

Concombre au soja et au citron

Concombre, sauce soja, citron.

concombre.jpg

Laver, éplucher et râper le concombre, assez fin (comme le fromage râpé). Presser pour éliminer le surplus d'eau de végétation. Ajouter la sauce soja et le jus de citron, mélanger. Servir frais.

Comme ce sont les vacances, pour éviter de vous fatiguer je vous propose des proportions : 1 concombre + 2 cuillères à soupe de soja + le jus d'un demi citron.

mardi 19 juin 2012

Cuisine végétarienne : Inde ou Ayurvéda

Deux livres de cuisine végétarienne viennent de sortir, en 2012, chez Almora.

saveurs_inde.jpg saveurs_ayurveda.jpg

- Les saveurs de l'Inde sacrée, de Pankaj Sharma. Pankaj est née à Jaipur (Rajasthan) et vit actuellement en France, où elle tient un blog de cuisine végétarienne indienne. En introduction, les 3 gunas ou catégories d'aliments (sattva, rajas et tamas) sont expliquées, ainsi qu'un petit historique du végétarisme en Inde. Les produits et ustensiles indispensables à la cuisine indienne sont ensuite décrits. Les 60 recettes végétariennes et illustrées sont classées en laitages, entrées, chutneys/pickles, plats, pains, desserts et boissons. Elles sont entrecoupées de petits textes anecdotiques sur des souvenirs d'enfance et des traditions indiennes, liés à la cuisine indienne.

Comme recette végétarienne n'est pas synonyme de cuisine minceur, on trouvera plusieurs recettes de beignets. Certaines recettes traditionnelles sont modernisées, comme la traditionnelle sauce à la menthe du Rajasthan proposée ici avec du yaourt, beaucoup de recettes sans piment pour s'adapter à nos palais européens.

J'ai apprécié de trouver une recette de ghee, réalisé à partir de beurre : ce produit n'est pas facile à trouver en province, comme l'asa foetida de plusieurs recettes. La cuisine indienne végétarienne aux parfums d'épices et d'herbes aromatiques prouve qu'une cuisine sans viande peut être variée et pleine de saveurs. Pankaj Sharma propose ici une cuisine plaisir avec des recettes faciles à réaliser.

- Les saveurs de l'ayurvéda, d'Ariane Cohen. Ariane est formée au massage ayurvédique et a créé La ferme de Divali, un centre de bien-être par l'ayurvéda, dans le Morvan. Ariane propose 27 "assiettes" végétariennes, composées de 2 à 4 recettes chacune. Chaque assiette est composée pour proposer des repas équilibrés et complets, avec céréale, légumineuse, légume cuit et légume cru. Lorsqu'un repas propose des produits laitiers, l'association céréale-légumineuse est remplacée par davantage de légumes. La diététique ayurvédique décrit 6 saveurs, qui sont ici explicitées pour chaque recette.

Le livre commence par une introduction à la diététique ayurvédique, avec un tableau des saveurs et une liste d'aliments correspondants, un test de constitution avec tableau et quelques règles pour bien digérer. Le propos diététique est donc clairement annoncé. La description des épices et des modes de cuisson est dans le même esprit.

Contrairement au livre de Pankaj, il ne s'agit pas réellement de cuisine indienne, mais de cuisine du monde, très syncrétique, tenant compte des données diététiques de l'ayurvéda. On trouvera donc aussi bien un couscous aux légumes (tradition du Maghreb) que des pâtes sautées aux légumes et tofu (produit phare de la cuisine asiatique végétarienne), du quinoa (d'Amérique latine) aux champignons de Paris ou des nems (Vietnam) de brick (Tunisie) aux légumes.

Le livre se termine par des recettes de desserts (dont certains sans sucre) et de boissons. Les recettes sont ensuite classées selon la saison. La table des matières précise les recettes réalisées sans gluten.

Ariane marie allègrement les épices parfums (pas de piment) et les légumes pour une cuisine diététique moderne et simple, selon les règles de l'Ayurvéda, pour le plaisir de nos papilles.

lundi 26 mars 2012

Docteur Dukan, commerce et déontologie médicale

Deux plaintes ont été déposées contre le Docteur Dukan pour non respect du code de déontologie médicale.

Le conseil départemental de l'ordre des médecins de Paris porte plainte contre le Dr Dukan, suite à sa proposition de créer une option "anti-obésité" au bac. Il aurait enfreint l'article 13 du code de déontologie médicale : Un médecin doit faire attention aux répercussions de ses propos auprès du public ... et se garder à cette occasion de toute attitude publicitaire ou personnelle. Le médecin nutritionniste n'aurait pas pensé, pour sa proposition, aux jeunes filles obèses ou anorexiques.

Le conseil national de l'ordre des médecins dépose une seconde plainte en raison de l'ensemble des activités du Dr Dukan, liées à son régime (livres et abonnés au site Internet = 100 millions € de chiffre d'affaires par an) : l'article 19 demande que la médecine ne soit pas pratiquée comme un commerce.

Les autres médecins français qui mettent au point un régime et le commercialisent et ceux qui publient des livres et touchent des royalties vont-ils, eux aussi, être attaqués pour "activité commerciale" par l'ordre des médecins ? Le médecin nutritionniste Jean-Michel Cohen, qui a publié des livres et qui propose sur Internet un régime concurrent, a dit sur Europe 1 le lundi 26 mars 2012 : Il y a un grand embarras dans la profession médicale pour savoir si c’est répréhensible du point de vue commercial.

mardi 13 mars 2012

Faut-il manger bio ?

Une étude comparative sérieuse entre aliments issus de l'agriculture biologique (AB), l'agriculture raisonnée (AR) et l'agriculture conventionnelle (AC) est menée, sous la direction du professeur Henri Joyeux, chirurgien cancérologue et directeur de recherche en nutrition et cancer - Institut du Cancer et Faculté de Médecine de Montpellier et le docteur Mariette Gerber, Groupe d'Epidémiologie métabolique, Centre de recherche en cancérologie, Inserm-CRLC, Montpellier.

Conclusion actuelle : Supériorité qualitative des aliments provenant de l'Agriculture Biologique comparés à ceux de l'Agriculture Conventionnelle (teneur en nitrates supérieure en AC). Aliments provenant de l’Agriculture Raisonnée parfois mieux pourvus en micronutriments que les aliments provenant de l'Agriculture Conventionnelle.

Pour en savoir plus

lundi 5 décembre 2011

Diététique chinoise : les Chinois ont-ils tout oublié ?

Dans la diététique chinoise, les aliments doivent être consommés très frais, pour préserver leur énergie : c'est une cuisine de saison. Un proverbe chinois ne dit-il pas : Bien manger, c'est atteindre le ciel.

Courrier International a consacré son n° 1098, du 17-23/11/2011 au thème : Quand la Chine s'empoisonnera.

Les scandales alimentaires sont tels que le professeur d'université et blogueur Xie Yong s'est amusé à présenter les repas d'un Chinois moyen, dont voici un extrait :

Le matin, il commence par boire un bon bol de lait à la mélamine, avec 2 petits pains à la vapeur blanchis au sulfure et une tranche de jambon issue de porcs aux promoteurs de croissance élevée de la province du Henan (centre-est de la Chine). Il coupe ensuite un œuf de cane dont le jaune est coloré au rouge Soudan, qu'il mange avec 2 morceaux de pain produit avec de la levure toxique. Pour midi, il achète du poisson nourri aux pilules contraceptives, des germes de soja à l'urée, des tomates aux accélérateurs de croissance, du tofu au plâtre, du gingembre toxique, une soupe épicée aux antidiarrhéiques, sans oublier une portion de faux bœuf teinté avec de la pâte "simili-bœuf" (un additif toxique)…

Un autre article extrait d'un journal de Pékin explique que les cadres du parti et les hauts fonctionnaires ont créé des filières spéciales d'approvisionnement en produits bio pour protéger leurs familles des intoxications alimentaires.

Espérons que les importations chinoises de produits alimentaires en France sont bien contrôlées. Il serait dommage de devoir se priver de toutes les merveilles alimentaires qui nous viennent de Chine.

samedi 3 décembre 2011

Colloque : Les alimentations particulières

Organisé par l'OCHA (Observatoire Cniel des habitudes alimentaires) à l'Institut Pasteur à Paris, les 19 et 20 janvier 2012, sous la direction de Claude Fischler, directeur de recherche CNRS/EHESS.

Le colloque peut intéresser aussi bien les amateurs d'histoire et de diététique que ceux d'histoire et d'alimentation. Il propose un regard croisé entre sciences humaines et biomédicales autour des particularités alimentaires :
- réalités et représentations des allergies et intolérances,
- justifications éthiques, politiques et sanitaires des régimes,
- normes de la minceur et régimes restrictifs,
- évolution des modèles alimentaires.

Programme complet.

mercredi 5 octobre 2011

Salade d'automne

salade_automne.jpg

Rougette ou Batavia, figues, poires, tomates cerise, menthe, huile d'olive, sel et poivre.

Dans un saladier, mettre des feuilles de salade, ajouter les figues, les poires et les tomates coupées en morceaux, les feuilles de menthe, un peu d'huile d'olive, de sel et de poivre. Mélanger. Les fruits font la sauce, s'il y en a suffisamment et s'ils sont bien mûrs. La tomate cerise ajoute une pointe acidulée : elle peut être remplacée par des morceaux de pomme, genre Granny smith, mais ce n'est pas la même sensation en bouche.

Variante (+ oignon et sauce soja) : faire une sauce courte (un peu de moutarde, vinaigre, huile d'olive). Ajouter de la sauce soja. Ajouter les feuilles de salade, les figues et les poires (ni menthe, ni tomate). Ajouter de l'oignon finement ciselé (couper en quartiers, puis en tranches très fines). Mélanger.

lundi 25 juillet 2011

David Servan-Schreiber et l'alimentation anti-cancer

David Servan-Schreiber est mort le 24 juillet 2011 à l'âge de 50 ans. Neuropsychiatre, chercheur en sciences cognitives, il avait introduit en France la thérapie EMDR, basée sur les mouvements oculaires, dans le cadre du traitement des syndromes de stress post-traumatiques.

Il était atteint d'une tumeur au cerveau depuis 1992 (à 31 ans). Il avait affirmé en 2005 : Devant l'accumulation des risques d'une surmédicalisation que plus personne ne contrôle, il est temps que nous fassions entrer les méthodes de traitement naturelles dans notre culture médicale.

Il a écrit des best-sellers pour lutter contre la dépression et le stress (Guérir, 2003) et prévenir le cancer ou lutter contre lui en développant son potentiel naturel d'autodéfense (Anticancer, 2007). Sa méthode consistait en exercices physiques et mentaux pour réduire le stress et en contrôle de son alimentation.

Après la rechute de son cancer en 2010, il a publié en 2011 On peut se dire au revoir plusieurs fois, où il affirmait : Il n'y a pas de "cure miracle" contre le cancer, pas de réussite à 100 %. On peut mettre tous les atouts dans son jeu, mais le jeu n'est jamais gagné d'avance.

David Servan-Schreiber affirmait dans un article paru dans Le Monde en 2005 :

Le Fonds international de recherche sur le cancer a conclu, dans son rapport de 2007, que "la plupart" des cas de cancer dans les sociétés occidentales pourraient être évités en changeant nos modes de vie :
- 40 % par des modifications de l'alimentation et de l'activité physique (consommer plus de légumes et de fruits, moins de sucre, moins de viande rouge ; marcher régulièrement ou faire 30 minutes d'exercice physique, six fois par semaine) ;
- 30 % par l'arrêt du tabac ;
- et 10 % par la réduction de la consommation d'alcool.
Il existe aussi maintenant des donnés précises montrant que certains aliments, comme le brocoli, les choux, l'ail, les oignons, le curcuma peuvent aider directement à tuer les cellules cancéreuses et réduire la croissance des nouveaux sanguins dont elles ont besoin pour se développer en tumeurs menaçantes.

Commentaire de Mésué

Michel Montignac est mort à 66 ans et David Servan-Schreiber à 50 ans. Depuis le déclin des religions officielles, beaucoup sont à la recherche d'une méthode magique pour lutter contre la maladie et augmenter la longévité. Le contrôle de son alimentation et la recherche de certains aliments seraient la solution miracle pour tuer les cellules cancéreuses.

Au Moyen Age, on avait mis au point des médicaments à base de plante qu'on avait appelés "panacée", du grec panakeia, plante imaginaire qui servait de remède universel. Actuellement, une mauvaise alimentation serait la source de toutes nos maladies et une bonne alimentation le remède universel, la panacée !

Notre société (la publicité, les médias, les rapports dans les entreprises ou l'administration) nous a habituée aux slogans, à résumer une pensée complexe en quelques lignes. A force de tout simplifier, nous avons oublié le multiple, le complexe. Les théories scientifiques du chaos et du cygne noir (l'improbable) nous incitent à plus de méfiance face aux idées simplistes, à la pensée magique et au désir de miracle.

La maladie est un ensemble complexe, comme le corps humain, où le style de vie, l'état d'esprit, le stress, l'alimentation jouent un rôle important, mais où la génétique, la biologie, la pollution environnementale sont également des facteurs importants.

On peut donc avoir un esprit positif, une hygiène de vie et une alimentation saines et… tomber malade, parce qu'il est difficile actuellement d'échapper à notre héritage génétique et à la pollution environnementale.

Les plastiques et de nombreux objets contiennent des perturbateurs endocriniens favorisant le cancer et l'obésité, l'air que nous respirons contient des substances chimiques cancérigènes, même quand nous habitons en pleine campagne, nous ne vivons pas sur une île déserte à l'abri des pollutions et des ondes électriques. Bref, c'est tout notre monde moderne à revoir et à améliorer et pas seulement notre alimentation.

J'en profite pour lancer un appel aux lecteurs amateurs d'authenticité historique :
Hippocrate aurait dit : L'alimentation est notre première médecine. Est-ce une légende ou une citation réelle ? Je n'arrive pas à trouver cette citation dans les écrits d'Hippocrate, que je n'ai malheureusement pas lus en entier. Qui pourra me donner la référence exacte de cette citation ? Merci d'avance.

lundi 20 juin 2011

Salade médiévale

Recette végétarienne et crudivore, selon Forme of cury, 1390.

Ingrédients

7 feuilles de bourrache (un peu velue mais délicieux goût d'huitre)
5g de persil, 2 grosses feuilles de sauge, 2 grosses feuilles de rue, 20 feuilles de menthe, 17 feuilles de romarin (petit brin)
1 gousse d'ail, 70g d'oignon frais et queue d'oignon (ou des ciboules), 50g de blanc de poireau
280g de fenouil
190g de navet
150g de carottes
4 cs de vinaigre, 2 cs d'huile d'olive (ou de noix), un peu de sel.

Recette

Coupez en 3 ou 4 les feuilles de bourrache. Hachez finement les herbes aromatiques, l'ail et l'oignon ou la ciboule.
Râpez blanc de poireau, fenouil, navet et carottes. Mélangez le tout avec l'huile d'olive (ou de noix), le vinaigre et le sel. Servez.

Remarques

En principe la recette prévoit des ciboules à la place de l'oignon frais et queue d'oignon.
Le goût de votre salade va varier selon la quantité de chaque ingrédient, à mettre selon votre goût. Ne la transformez pas en carottes râpées avec quelques herbes aromatiques si vous voulez un dépaysement culinaire.

- page 1 de 3