Dans la diététique chinoise, les aliments doivent être consommés très frais, pour préserver leur énergie : c'est une cuisine de saison. Un proverbe chinois ne dit-il pas : Bien manger, c'est atteindre le ciel.

Courrier International a consacré son n° 1098, du 17-23/11/2011 au thème : Quand la Chine s'empoisonnera.

Les scandales alimentaires sont tels que le professeur d'université et blogueur Xie Yong s'est amusé à présenter les repas d'un Chinois moyen, dont voici un extrait :

Le matin, il commence par boire un bon bol de lait à la mélamine, avec 2 petits pains à la vapeur blanchis au sulfure et une tranche de jambon issue de porcs aux promoteurs de croissance élevée de la province du Henan (centre-est de la Chine). Il coupe ensuite un œuf de cane dont le jaune est coloré au rouge Soudan, qu'il mange avec 2 morceaux de pain produit avec de la levure toxique. Pour midi, il achète du poisson nourri aux pilules contraceptives, des germes de soja à l'urée, des tomates aux accélérateurs de croissance, du tofu au plâtre, du gingembre toxique, une soupe épicée aux antidiarrhéiques, sans oublier une portion de faux bœuf teinté avec de la pâte "simili-bœuf" (un additif toxique)…

Un autre article extrait d'un journal de Pékin explique que les cadres du parti et les hauts fonctionnaires ont créé des filières spéciales d'approvisionnement en produits bio pour protéger leurs familles des intoxications alimentaires.

Espérons que les importations chinoises de produits alimentaires en France sont bien contrôlées. Il serait dommage de devoir se priver de toutes les merveilles alimentaires qui nous viennent de Chine.