Menu

Dossier thématique - Sexe, conception, grossesse

Liste des dossiers thématiques


Diététiques de la conception : fille ou garçon ?

Diététique ayurvédique - Diététique hippocratique - Diététique officielle - Diététiques alternatives.

Dès l'Antiquité, les médecins ont fait le lien entre alimentation et conception : tel type d'aliment va développer le sperme, ce qui favorisera la conception. Tel autre type d'aliment va favoriser la naissance des filles ou des garçons. Dans les cultures indienne et chinoise, les femmes ayant souvent moins de valeur que les hommes, on a cherché à favoriser la conception des garçons grâce à une alimentation adaptée.

Certains médecins modernes, avec le développement des connaissances de la chimie des aliments, ont repris cette idée. Bien que contestés par une partie du corps médical, ils estiment que la conception des filles ou des garçons dépend du taux de sodium, potassium, magnésium ou calcium.


Dhanvantari, logo diététique ayurvédique Diététique ayurvédique

Dans le traité de médecine Carakasamhitâ, le chapitre VIII de la section IV est entièrement consacré à la procréation. Ce chapitre concerne presque exclusivement la femme. Il donne des conseils, pour la femme, de postures sexuelles et d'alimentation afin de faciliter la procréation et choisir le sexe de son enfant. La tradition indienne privilégiant les garçons, la Carakasamhitâ ne donne, bien sûr, que des conseils pour avoir un garçon (traduction des extraits : Jean Papin) :

Si la femme souhaite avoir un fils bien gros, beau, aux yeux bruns teintés de rougeâtre, vigoureux, doté d'un mental pur et fort, elle devra, au sortir du bain, prendre une boisson concentrée à base d'orge blanche additionnée de miel et de beurre clarifié. Cette boisson sera absorbée après avoir été mélangée au lait d'une vache blanche allaitant un veau blanc. Pendant une semaine, la dame devra boire cette mixture au moment des repas, dans un bol d'argent ou de bronze. Le matin, elle prendra une préparation de riz sâli et d'orge avec du fromage blanc, du miel, du beurre clarifié ou du lait...

Le caractère et la santé de l'enfant à naître vont également dépendre des pensées de la mère et de son alimentation. En effet, dans la diététique ayurvédique, le corps est le produit direct de la nourriture :

Une intolérante aura un enfant hargneux, sournois et jaloux. Celle qui passe son temps à dormir donnera naissance à un être somnolent, peu doué et à la digestion lente; celle qui boit régulièrement de l'alcool aura un enfant toujours assoiffé, à la mémoire défaillante et à l'esprit instable; celle qui consomme très souvent de la viande d'iguane aura une progéniture atteinte de calculs dans la vessie et de rétention urinaire; une autre, qui mange beaucoup de porc, accouchera d'un personnage aux yeux rouges, souffrant d'insuffisance respiratoire et ayant un système pileux plutôt rude. Celle qui mange régulièrement du poisson mettra au monde des enfants affligés de contractions oculaires et de difficulté à fermer les yeux; celle qui consomme beaucoup de produits à saveur sucrée peut avoir des enfants diabétiques, muets ou très obèses...

L'alimentation de la femme enceinte est prévue mois par mois. Les laitages sont privilégiés : lait cru et froid à chaque repas pendant le 1e mois, lait cuit sucré au 2e mois, lait, miel et beurre clarifié au 3e mois, babeurre au 4e mois, beurre clarifié au 5e mois, beurre clarifié sucré au 6e et 7e mois, gruau, lait et beurre clarifié au 8e mois.

- haut -


Hippocrate, logo diététique hippocratique Diététique hippocratique

Hippocrate

Dans son traité Du Régime Hippocrate dit :

Les femelles, venant plutôt de l'eau, se développent à partir d'aliments, de boissons et d'un genre de vie froids, humides et mous; les mâles, venant plutôt du feu, à partir d'aliments et d'un régime secs et chauds. Si donc on veut avoir une fille, il faut user d'un régime aqueux; et si on veut un garçon, il faut avoir un genre de vie igné. Traduction Robert Joly in Les Belles Lettres, 2003.

Alessandro Petronio

En 1562, le médecin du pape Grégoire XIII, Alessandro Petronio établit un rapport net entre alimentation et conception dans Del viver de gli huomini et di conservar la sanità (De la vie de l'homme et de la conservation de la santé) :

Quant à ceux qui, pour leur plus grand plaisir et avec délice, voudront engendrer des enfants et qui, pour cela, ont besoin d'une plus grande quantité de sperme, ils coïteront avec une efficacité majeure et un plus grand délice si, avant de s'atteler à cette entreprise à laquelle d'ordinaire l'homme s'attelle en prenant femme, on prépare une soupe de pain frais et de blancs d'œufs peu cuits réduite sous forme de lait, qu'on prendra matin et soir avant les repas pendant trois ou quatre jours; je ne crois pas que l'on puisse trouver chose plus adéquate pour cette occasion, même si d'aucuns vantent les pigeons au vin rouge et aux épices, ou le lait de pignons, ou les scinques (poissons des sables), ou les passereaux, ou cette espèce de champignons que l'on appelle bulbe, ou enfin la friandise appelée diasatirion. Citation Les Baumes de l'amour, Piero Camporesi, 1990.

Le diasitirion

Cette préparation circule dans tout le bassin Méditerranéen jusqu'à la Renaissance. La première recette de diasitirion viendrait de Jean Mésué, médecin du calife Haroun al Rachid au 9e siècle, à Bagdad. L'Antidotaire Nicolas, un livre de l'école de médecine de Salerne, au 12e siècle, propose une autre recette à base de bulbe d'orchis bouc, de pistache, panais, gingembre, anis, langue d'oiseau, etc... confits dans le miel.

- haut -


molécule acide aminé, logo diététique officielle Diététique officielle

Peu d'aliments réputés aphrodisiaques ont été confirmés comme tels après analyse chimique. En revanche, certains médecins ont tenté de trouver un rapport entre alimentation et sexe de l'enfant :

Le régime fille ou garçon : Hippocrate estimait déjà qu'on pouvait concevoir un garçon ou une fille en modifiant son alimentation.

Au 20e siècle, des médecins ont développé une théorie voisine. A partir de 1935, le biologiste allemand Curt Herbst étudie le rôle de certains ions dans la détermination du sexe des vers marins. Il élargit ses recherches en étudiant l'influence de l'alimentation de la femme sur le sexe du fœtus. En 1958, le Dr Stolkowski, un médecin de l'hôpital Cochin, étudie à son tour l'influence de l'alimentation sur le sexe des batraciens et, en 1967, sur celui des bovins.

Des études sont ensuite menées en parallèle, en France par les docteurs Stolkowski, Duc et Papa (gynécologue obstétricien à l'hôpital Cochin), et au Canada par Lorrain et Gagnon.

Leurs conclusions : une alimentation riche en sodium et potassium est nécessaire pour obtenir des mâles, et une alimentation riche en calcium et magnésium est nécessaire pour obtenir des femelles.

Ce qu'on a appelé régime fille ou garçon est né

Quand on veut des garçons, il est conseillé de manger salé. Sont défendus les laitages et les pâtisseries ou préparations qui contiennent du lait, les eaux minérales riches en calcium, certains fruits secs (noix, noisettes, amandes, cacahuètes). Sont privilégiés les charcuteries, viandes et poissons et les légumineuses.

Quand on veut des filles, il est conseillé un régime sans sel riche en calcium. Sont défendus un grand nombre de fruits et légumes, poissons et préparations qui contiennent du potassium. Sont privilégiés les produits laitiers, le chocolat.

Cette alimentation spécifique doit être suivie uniquement avant la conception. Quand la grossesse a débuté, le sexe de l'enfant est déjà déterminé et il est inutile d'essayer de suivre ce régime spécifique.

Le régime garçon, très salé, est contre-indiqué en cas d'hypertension artérielle, d'insuffisance rénale, de diabète et de maladie d'Addison (problème de glandes corticosurrénales).

Le régime fille est contre-indiqué en cas d'hypercalciuries (excès de calcium), d'insuffisance rénale, de néphrites, de problèmes cardiaques ou de foie (tendances cirrhotique).

Liste détaillée des produits autorisés ou interdits selon les régimes : Esculape

Interview du Dr Papa : Doctissimo

Ce régime est actuellement contesté en raison d'un échantillon insuffisant pendant les études cliniques : sur 200 patientes étudiées, 75% ont arrêté l’expérience avant son terme en raison du régime trop restrictif. Sur les 25% restantes, 77,6% ont eu l’enfant qu'elles souhaitaient. Aucun praticien n'a cherché à reprendre l'étude pour faire de nouveaux tests. Les preuves scientifiques sont donc actuellement insuffisantes.

- haut -


Miro, logo diététique alternatives Diététiques alternatives

Lorsque la stérilité n'a pas de cause organique ou psychique, certains livres de phytothérapie conseillent la consommation d'avoine et de blé (quelle que soit leur forme), de poireau, ainsi que des infusions de sauge.


- haut -