Menu
Miro, logo hygiène de vie

La diète méditerranéenne


La diète méditerranéenne

Le monde méditerranéen traditionnel a développé un modèle d'alimentation caractérisé par une convivialité des repas et une nourriture variée dont les bases sont :

Compare diet : diète méditerranéenne, régime crétois - fruits, légumes et céréales, huile d'olive

Photo : J Bouchut

Des chercheurs de l'unité de Nutrition Humaine de l'Université de Reus en Espagne, estiment que l'alimentation de l'Andalousie arabe du 13e siècle correspond en grande partie à ce qu'on a appelé ensuite la diète méditerranéenne. Or les livres de cuisine et de diététique d'Al-Andalus sont issus de la diététique hippocratique. La diète méditerranéenne serait-elle la fille de la diététique hippocratique ? Bien que les théories hippocratiques ne privilégient pas la consommation de fruits et légumes, les recettes médiévales arabo-andalouses sont effectivement riches en recettes de poissons et de viandes dans lesquelles on trouve des fruits et légumes.

Des études sur le lien entre santé et diète méditerranéenne ont débuté en 1948 en Grèce : au lendemain de la guerre, la fondation Rockefeller a coordonné une étude épidémiologique en Crète, pour déterminer l'état de santé des Crétois. A leur surprise, les chercheurs constatent un état de santé globalement bon : l'alimentation traditionnelle des Crétois, riche en céréales, fruits et légumes, olives, montrait une consommation nettement plus faible qu'aux USA en produits d'origine animale.

Entre 1952 et 1960, un chercheur américain, Ancel Keys fait une étude comparative sur les habitudes alimentaires dans 7 pays : USA, Finlande, Hollande, Japon, Italie, Yougoslavie et Grèce (dont la Crète). Cette étude montre que les populations d'Europe du Nord et des Etats-Unis ont plus de risques cardio-vasculaires que celles du pourtour de la Méditerranée. Ces risques sont liés à une consommation excessive d'acides gras saturés, alors que l'huile d'olive serait bénéfique à la santé.

Ancel Keys établit aussi le lien entre graisses d'origine animale et cholestérol, en étudiant la mortalité cardio-vasculaire à Naples et la comparant à celle des Anglais et des Américains. Les Napolitains, mangeant moins de matières grasses, avaient une mortalité moins grande.

Le modèle alimentaire méditerranéen s'est principalement développé, jusqu'au début des années 1960, dans le Sud de l'Italie, la Grèce et la Crète. On a constaté dans ces régions, une espérance de vie élevée et des taux de maladies chroniques dégénératives faibles. Puis l'alimentation a connu une modification profonde : les méditerranéens rejoignent maintenant le modèle de consommation industriel, avec une forte augmentation de la consommation de produits animaux, riches en graisses saturées, des produits alimentaires transformés industriellement et de la restauration hors domicile. En conséquence, on retrouve maintenant dans ces pays les mêmes problèmes que dans les autres pays industrialisés : développement des maladies cardio-vasculaires, du diabète et de l'obésité.

Dans les années 1990, le Dr Serge Renaud, un chercheur français de Lyon, fait une étude sur 605 patients ayant eu un infarctus du myocarde. Les patients sont partagés en 2 groupes. Le groupe 1 a suivi le régime habituellement donné aux cardiaques (baisse du cholestérol et réduction des graisses). Le groupe 2 a suivi un régime crétois aménagé : pain, céréales, fruits et légumes ainsi que poisson en abondance, principale viande consommée : volaille, remplacement du beurre et de la crème par de l'huile d'olive et de la margarine à base d'huile de colza. La convivialité était développée par des repas au restaurant ou avec des amis, 2 fois par semaine, et l'autorisation de boire 2 verres de vin rouge pendant ces repas. Au bout d'un an, il a été constaté 2/3 de décès en moins dans le groupe 2 (régime crétois), par rapport au groupe au régime classique des cardiaques. Au bout de 2 ans, les décès dans le groupe 2 (régime crétois) étaient de 76 % inférieurs à ceux du groupe 1, pour les maladies cardio-vasculaires et 70 % pour les décès toutes causes confondues. Au bout de 4 ans, les décès cardiaques du groupe 2 étaient réduits de 65 %, les décès toutes causes de 56 % et les décès par cancers de 60 %.

D'autres études ont confirmé ensuite que l'augmentation de la longévité, la diminution des maladies cardio-vasculaires et des cancers étaient favorisées par une alimentation s'inspirant de la diète méditerranéenne.

Le régime crétois

La Méditerranée à table, une longue histoire commune

TAMBAO : La Méditerranée à table - Marie Josèphe Moncorgé

Marie Josèphe Moncorgé décrit des points importants de la cuisine méditerranéenne.

Tome 1 : plus d'infos.

Tome 2 : plus d'infos.




Le régime crétois

La publicité a mis en valeur le modèle alimentaire méditerranéen sous le nom de "régime crétois" en France et "Mediterranean Diet" dans les pays anglo-saxons.

Plus qu'un régime pour faire maigrir, la diète méditerranéenne est plutôt un "régime de santé", comme on le disait au Moyen Age. Ce type d'alimentation doit permettre d'atteindre un équilibre nutritionnel favorable à la santé et au bien-être.

La diète méditerranéenne (ou régime crétois) peut être représentée par une pyramide :

Compare diet : diète méditerranéenne, régime crétois - pyramide

L'apport calorique conseillé est de 1800 à 2000 kcal/jour, réparti suivant les repas : 20-25 % le matin, 45-50 % à midi, environ 30 % le soir.
Alimentation méditerranéenne : exemple de repas sur 1 semaine.


- haut -

English