Menu

Article : Epices, herbes aromatiques, condiments


Coriandre

Diététiques : Ayurvédique - Chinoise - Hippocratique - Officielle - Alternatives - Régimes


Origine

La coriandre (Coriandrum sativum) est une plante herbacée annuelle de la famille des Ombellifères. Elle est originaire du Proche Orient. Elle est cultivée et consommée depuis l'antiquité en Inde et dans tout le bassin Méditerranéen.

On peut consommer aussi bien les feuilles (on l'appelle souvent "persil arabe") que les fruits. Les racines sont également utilisées dans la cuisine thaïlandaise.

- haut - autres aliments -


Dhanvantari, logo diététique ayurvédique Diététique ayurvédique

Pour la Carakashamhitâ, la coriandre est délectable et n'agresse pas les doshas. C'est une épice savoureuse et apéritive qui apaise les dysfonctionnements de Vata et Kapha et élimine les mauvaises odeurs corporelles.

- haut - autres aliments -


Le Yin et le Yang, logo diététique chinoise Diététique chinoise

La coriandre est de nature tiède et de saveur piquante. Elle est conseillée pour le Yin corpulent et mince. Elle est déconseillée pour le Yang mince et le Yin instable.

- haut - autres aliments -


Hippocrate, logo diététique hippocratique Diététique hippocratique

Pour Hippocrate, la coriandre est chaude et resserrante; elle fait cesser les aigreurs; mangée en dernier lieu, elle fait aussi dormir.

Pline (23-79), écrit, dans son Histoire naturelle, que la coriandre verte a de grandes propriétés rafraîchissantes. Elle guérit, avec du miel ou du raisin sec, les ulcères serpigineux, ainsi que les testicules, les brûlures, les charbons, les oreilles; avec du lait de femme, les épiphoras des yeux; les flux de ventre et des intestins, la graine prise dans de l'eau. On la prend en boisson avec de la rue, dans le choléra. La graine expulse les vers intestinaux, prise en boisson avec le suc de la grenade et l'huile. Xénocrate rapporte une chose merveilleuse, si elle est vraie : les règles s'arrêtent un jour chez les femmes qui prennent un grain de la semence; deux jours, chez celles qui en prennent deux, et ainsi de suite, d'après le nombre de grains pris. M. Varron pense qu'avec de la coriandre légèrement pilée, du cumin et du vinaigre, on empêche toute espèce de viande de se gâter pendant l'été.

Pour Celse, au 1e siècle, la coriandre fait partie des aliments qui rafraîchissent. Elle fait uriner. C'est un répercussif réfrigérant. Elle fait uriner.

Pour Jean Mésué au 9e siècle, la coriandre améliore la nourriture dans l'estomac, bien qu'elle tue si on en abuse et si on la prend seule.

Pour Grégoire au 13e siècle, la coriandre a diverses vertus, aide contre les tumeurs chaudes et dissipe les écrouelles.

Pour Platéarius, la coriandre est chaude et sèche au 2e degré. La graine de coriandre dans les aliments, améliore la digestion et combat les flatulences. La feuille de coriandre resserre le ventre et calme les rots aigres; donnée après le repas, elle fait dormir.

Pour Platine au 15e siècle, la graine de coriandre mélangée au vin doux encourage la luxure, mais il faut en user avec modération, car elle peut être dangereuse pour la santé et couper le désir. La coriandre échauffe, fait dormir. Elle est vermifuge. Elle conforte l'estomac chaud mais peut être dangereuse pour la vue. Il est préférable de manger la coriandre avec du miel ou des raisins sec, dans du vinaigre, le tout mis en dragées avec du sucre. Dans ce cas, la dragée de coriandre se mange entre les services de table, contre les vapeurs qui montent au cerveau ou contre l'ivresse.

Pour Jean Bruyérin-Champier, au 16e siècle, les graines de coriandre dans du vinaigre et en dragées, sont bonnes pour ceux qui ont la tête et l'estomac délicats. Elles servent aussi à purifier l'haleine. La coriandre broyée avec du cumin dans du vinaigre conserve la viande en été.

- haut - autres aliments -


molécule acide aminé, logo diététique officielle Diététique officielle

La coriandre contient des antioxydants (acides phénoliques, coumarins, terpénoïdes et flavonoïdes). Les feuilles de coriandre en contiendraient plus que les graines. Les feuilles de coriandre fraîches contiennent du bêta-carotène.

Des études chez le rat ont montré que les graines de coriandre pourraient stimuler la sécrétion d'insuline, augmenter l'entrée du glucose dans les cellules et diminuer les taux de cholestérol total, de mauvais cholestérol et de triglycérides, et augmenter les taux de bon cholestérol. A vérifier chez l'homme.

Les feuilles crues de coriandre contiennent de la vitamine K (à consommer avec précaution en cas de prise de médicaments anticoagulants).

- haut - autres aliments -


Derain, logo diététiques alternatives Diététiques alternatives

La phytothérapie (traitement par les plantes) et l'aromathérapie (traitement par les huiles essentielles de plantes) sont très utilisées par les adeptes des médecines douces et des diététiques alternatives.

L'infusion de semences de coriandre est stimulante, digestive et carminative (contre les gaz intestinaux). Elle est utilisée contre les diarrhées. Elle serait bactéricide.

La coriandre est aussi euphorisante. Son suc frais pourrait causer une forte ivresse suivie de prostration, d'après Pierre Lieutaghi. L'essence de coriandre est excitante, antiseptique et vulnéraire (qui favorise la cicatrisation).

L'huile essentielle de coriandre contient 74.59% de linalol, 2.05% de géraniol, 5.38% de camphre... Elle est utilisée en cas de troubles digestifs (ballonnements, aérophagie, gaz, indigestion, digestions lentes), de douleurs rhumatismales et articulaires (arthrose), d'infections virales et bactériennes des voies respiratoires et digestives, d'infections urinaires, de fatigue, excitation, troubles du sommeil.

- haut - autres aliments -


Modigliani, logo régimes alimentaires, maigrir, perdre du poids Régimes alimentaires


- haut - autres aliments -